28
Sep

La veste en tweed, l’indémodable de la maison Chanel !

Mademoiselle Chanel, véritable génie de la mode, a marqué l’histoire grâce à ses créations modernes, élégantes et audacieuses, révolutionnant le vestiaire féminin. L’une d’elles, la veste en tweed, a traversé les décennies. Sans cesse réinventé à chaque nouvelle collection depuis plus d’un demi-siècle, ce “must have” de la haute couture et du prêt-à-porter est aussi devenu l’un des symbole de l’élégance française.

Habitée par le désir de produire une mode fonctionnelle et confortable, Mademoiselle Chanel a pour mot d’ordre de « permettre aux femmes de bouger aisément, ne pas se sentir déguisée, ne pas changer d’attitude ou de manière d’être ». La créatrice poursuit cet objectif audacieux tout au long de sa carrière, un choix l’amenant à innover sans relâche.

Les premières vestes Chanel voient le jour en 1916. Confortables et faciles à vivre, elles marquent leur époque et participent à l’émancipation de la femme.

C’est en Écosse, aux côtés du duc de Westminster, que Gabrielle Chanel découvre le tweed, matière emblématique dans laquelle est confectionnée la plus fameuse veste de la maison. S’inspirant des codes de la mode masculine, la couturière imagine un ensemble composé d’une jupe portefeuille s’arrêtant aux genoux et d’une petite veste à la coupe droite, sans artifice et inspirée des uniformes militaires autrichiens.

Ce vêtement minimaliste dénote avec les frous-frous et les balconnets des silhouettes de l’époque. Face à l’avènement du New Look et de la mode corsetée de Christian Dior, et alors qu’elle fermait Chanel une dizaine d’année auparavant, Gabrielle Chanel revient sur la scène de la couture en 1954 avec un tailleur en tweed de laine qui s’impose progressivement comme l’uniforme de la femme active des années 1960.

Chic et pratique, le tailleur Chanel n’en est pas moins une pièce savamment étudiée par sa créatrice.

Si la veste Chanel ne ressemble à aucune autre, c’est avant tout grâce à ses nombreuses particularités. Parmi les critères indissociables de la pièce, on retrouve notamment la présence de quatre véritables poches, d’une ganse ton sur ton ou contrastée, d’une boutonnière, de boutons frappés des symboles de la maison, ou encore d’une fine chaînette cousue dans la doublure de soie pour un tombé parfait. Ce détail d’une sophistication rare reste la véritable signature de Chanel, unique maison de couture à « plomber » ainsi ses vestes. Le résultat : une parfaite alliance de l’allure et du confort.

Son succès sera tel qu’il habillera les femmes du monde entier. Le vêtement traverse les frontières et se retrouve sur le dos de Brigitte Bardot, de Grace Kelly ou de Romy Schneider, et en couverture des plus grands magazines de mode. Il sera également à la une de tous les journaux le lendemain du 22 novembre 1963, un tailleur de couleur rose et taché de sang, porté par la première dame des Etats-Unis, Jackie Kennedy, le jour de l’assassinat de son époux.

Conçue dans un premier temps en tweed, matière fétiche de Mademoiselle, la veste ne résiste pas longtemps aux différentes tendances du moment. À son arrivée en 1983, Karl Lagerfeld s’amuse donc à réinterpréter ses codes. Assortie à une jupe, dépareillée sur un jean, brodée, acidulée, pastel, noire, blanche, la petite veste se plie à toutes les extravagances du designer tout en conservant son ADN.

Plus de soixante ans après sa création, la veste Chanel est résolument devenue une pièce maîtresse de la mode contemporaine, comme le décrit si bien Karl Lagerfeld : “Il y a des choses qui ne passent jamais de mode dans la mode, un jean, une chemise blanche et une veste Chanel.”

Pour échanger sur votre projet de formation, contactez-nous via le formulaire ci-dessous:

Leave a Reply

S'inscrire à notre Newsletter

S'inscrire à notre Newsletter

Inscrivez-vous sur notre newsletter pour recevoir des informations et des actualités relatives à notre école et au conseil en image

Votre inscription a bien été prise en compte