17
Août

Histoire de la mode – Focus sur la mini-jupe

Les femmes ont attendu le XXe siècle pour dévoiler leurs genoux. Mais c’est dans les années 1960 que la mini-jupe est devenue en France un symbole stylistique célébrant une femme affranchie des codes vestimentaires conservateurs. Si aujourd’hui on la croise sans qu’elle ne fasse sourciller, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Retour sur son histoire.

La libération des femmes s’est faite sur une longue période. Après la Première Guerre mondiale, pendant les années folles, les femmes revendiquent clairement un désir de liberté et cherchent à s’affirmer dans la société. Les progrès de la mode vont très vite améliorer leurs conditions : elles adoptent des tenues plus confortables, la jupe arrive au niveau des genoux. Les femmes optent même pour un style vestimentaire proche de l’homme : la célèbre “garçonne” fait son apparition. Mais c’est pendant les Trente Glorieuses, plus précisément durant les années 60, que la minijupe va apparaître et devenir un symbole de l’émancipation de la femme.

 

La mini jupe a révolutionné la mode des années 60 en dévoilant les jambes des femmes comme jamais auparavant. Deux noms, Mary Quant et André Courrèges, sont restés associés à cette création audacieuse. 

Pour bien comprendre le bouleversement occasionné par ce petit bout de tissu, il faut rappeler qu’à cette époque, les femmes portaient des jupes longues et que le comble de l’indécence était de laisser apparaître un genou. Dans cette ère ultra conservatrice, c’est Mary Quant qui a osé braver les interdits pour la première fois. Pour séduire les clientes de sa boutique, la jeune femme décide de raccourcir les jupes qu’elle vend et d’appeler sa création “mini-jupe” en référence, dit-on, à la voiture Mini dont elle raffole.

« Ni moi, ni Courrèges n’avons eu l’idée de la minijupe. C’est la rue qui l’a inventé. » Mary Quant

Mais le succès est tel chez les adolescentes et les jeunes femmes que la scène artistique s’approprie très rapidement le phénomène. Ainsi, le couturier André Courrèges contribue à populariser la mini-jupe dans le monde entier en lui dédiant sa collection Printemps-Été 1965. C’est le début d’une grande aventure portée par des stars telles que Catherine Deneuve, Brigitte Bardot ou encore Twiggy.

 

 

 

 

 

Dans le courant des années 80, la minijupe revient avec une mode rétro, souvent avec des couleurs vives et des formes qui rappellent celles des années 60. Certains stylistes ont aussi tenté de créer la jupe pour hommes, sans succès. Dans les années 70, le couturier Jacques Esterel est le premier à le faire, il est suivi 10 ans plus tard par Jean Paul Gaultier. La jupe, plus particulièrement la minijupe, reste ainsi un symbole de féminité et d’indépendance.

2015 : la Journée mondiale de la minijupe est lancée en 2015. Un groupe de Tunisiennes, choquées par l’histoire d’une étudiante algérienne interdite d’examen pour cause de jupe trop courte, font de ce vêtement un manifeste pour le droit des femmes.

 

En toutes saisons, les femmes portent cette pièce de mode avec des collants et des bottes en hiver ou avec des sandales en été. La mini-jupe se décline en une multitude de formes, de longueurs, de matières et de couleurs pour répondre à tous les besoins. Celle qui était autrefois un objet d’émancipation fait aujourd’hui figure de “basique”.

 

Leave a Reply

S'inscrire à notre Newsletter

S'inscrire à notre Newsletter

Inscrivez-vous sur notre newsletter pour recevoir des informations et des actualités relatives à notre école et au conseil en image

Votre inscription a bien été prise en compte